Conseil des écoles fransaskoises

  • CEF-Inside-pages
  • Accueil
  • Nouvelles
  • Médias
  • Communiqués de presse
  • Le CSF et l’APF réitèrent le besoin criant de moderniser la Loi sur les langues officielles devant un comité des Communes

Regina, le 8 mars 2018 –  Le Conseil scolaire fransaskois (CSF) a réitéré son souhait de voir la Loi sur les langues officielles modernisée devant le Comité permanent sur les langues officielles, le 2 mars dernier à Winnipeg. Le CSF faisait ainsi écho aux besoins criants en matière de petite enfance exprimés à la même occasion par l’Association des parents fransaskois (APF).

« L'APF et le CSF exprimaient les revendications des partenaires du Réseau d’appui et de développement à la petite enfance. En Saskatchewan, il existe un écart entre l’offre de programmes de la petite enfance pour la majorité et pour la minorité, ce qui contribue à l’assimilation dans la province. Les interventions du gouvernement fédéral doivent permettre de combler, au moins en partie, cet écart afin de rattraper la majorité. »

« Il est tout à fait crucial que les fonds fédéraux destinés à la communauté fransaskoise soient utilisés d’une manière efficace pour combler les écarts créés par la structure législative adoptée par la province de la Saskatchewan, » a déclaré le président du CSF Alpha Barry.

« La période de la petite enfance est critique dans le cheminement langagier, culturel et identitaire des jeunes fransaskois. Il faut absolument donner toutes les chances de réussite aux interventions chez les francophones durant cette période clé de développement, » a fait valoir le vice-président de l’APF, Peter Ormiston.

L'APF et le CSF exprimaient les revendications des partenaires du Réseau d’appui et de développement à la petite enfance. En Saskatchewan, il existe un écart entre l’offre de programmes de la petite enfance pour la majorité et pour la minorité, ce qui contribue à l’assimilation dans la province. Les interventions du gouvernement fédéral doivent permettre de combler, au moins en partie, cet écart afin de rattraper la majorité.

Les lacunes identifiées à plusieurs reprises par les conseils scolaires francophones en situation minoritaire et par le Comité requièrent des solutions structurantes qui dépassent l’adoption d’un autre Protocole, d’une Feuille de route ou d’un Cadre multilatéral. Le Réseau d’appui et de développement à la petite enfance d’avis qu’une solution permanente à ces problèmes pourrait prendre la forme de mesures de protection pour l’éducation à la petite enfance dans la Loi sur les langues officielles.

Le Réseau espère que les membres du Comité permanent sur les langues officielles seront en mesure d’influencer leurs collègues de la Chambre des communes au cours des prochaines semaines et mois, afin que le gouvernement fédéral donne suite aux demandes des portes-paroles en matière d’éducation et de petite enfance francophones en Saskatchewan.

- 30 -

L’école de langue première aujourd’hui, francophone bilingue pour la vie! – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) accueille 1 900 élèves de la prématernelle à la 12e année dans 14 écoles élémentaires et secondaires à travers la province. Financé par le ministère de l’Éducation, c’est le seul conseil scolaire en français langue première en Saskatchewan.

Renseignements :
Claude-Jean Harel
Coordonnateur des communications
306.719.7455
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.