Conseil des écoles fransaskoises

  • CEF-Inside-pages
  • Accueil
  • Nouvelles
  • Médias
  • Communiqués de presse
  • Allocution du président du conseil d’administration du Conseil scolaire fransaskois pour la nomination des codirecteurs

Regina, le lundi 11 juillet 2016 -- Bonjour à tous et à toutes, merci d’être avec nous cet après-midi. Nous terminons aujourd’hui de façon plus officielle la saison scolaire 2015-2016.

J’aimerais partager avec vous nos réflexions, nos analyses et les décisions qui ont été prises tout récemment, dans le meilleur intérêt des élèves, des enseignants, des directeurs d’école, des parents et de la communauté en général.

Disons-le franchement, cette session n’a pas toujours été facile : la crédibilité du CSF a été remise en question à maintes reprises. Alors dans un premier temps, vous me permettrez de rétablir certains faits afin que vous puissiez mieux comprendre la situation dans laquelle les élus du CSF et M. Roy se sont retrouvés dernièrement.

Il s’est dit beaucoup de choses qui n’étaient pas fondées ces derniers mois. On revient systématiquement sur le rapport de la vérificatrice générale de la province (2014) à l’endroit du CSF/CÉF. Cela jette un doute sur l’intégrité du CSF/CÉF de même que sur M. Bernard Roy. Dans les faits, il faut se souvenir que :
• ce dernier a été en poste seulement 5 mois pendant cette période, dont 2 mois en congé de maladie.
• M. Roy a toujours relevé du conseil d’administration du CSF.
• Il proposait des budgets et des projets en lien direct avec le plan de développement stratégique Destination 2015, et c’est le conseil qui approuvait. En pareille circonstance, l’ensemble des élus du CSF étaient pleinement imputables des décisions qui ont été prises et s’en déclarent encore aujourd’hui pleinement solidaires.

En ce qui a trait au rapport de la vérificatrice, est-il besoin de se souvenir que cette dernière avait pointé les éléments suivants : une politique d'approbation par écrit des rôles et autorités en matière de décision, une politique sur la gestion des risques, une évaluation des cadres du CÉF et une démarche de suivi du code de conduite actuel, révisé par le CÉF.

Il ne faut pas oublier que la vérificatrice provinciale a reconnu que les pratiques du CSF se sont améliorées et que le Conseil scolaire et les employés ont pleinement collaboré avec son équipe.

Rien à voir donc avec de la malversation, de la négligence ou de l’incompétence.

Nous avons été extrêmement sensibles à la controverse entourant le possible retour de Bernard Roy au CÉF.

Encore une fois beaucoup d’allégations et de rumeurs ont circulé. Certaines affirmations étaient carrément mensongères et au-delà de la légalité. Nous évoluons dans une société de droit et dans une démocratie. Toutes les critiques et commentaires sont les bienvenus dans la mesure où ils s’inscrivent dans un processus respectueux et constructif.

À l’évidence, les défis du CSF sont nombreux et les enjeux actuels sont complexes. Je comprends que le rôle d’un président du CSF est de créer des consensus, de garder la confiance de la communauté fransaskoise et plus particulièrement des familles et des électeurs du CSF.

Je puis vous assurer qu’à l’instar de la communication publique récente de certains parents dans le journal L’Eau vive, nous souscrivons nous aussi aux principes : d’une éducation de qualité pour nos enfants, de l’excellence du français dans nos espaces scolaires et d’une gestion responsable des écoles de notre réseau

J’invite aujourd’hui tous les intervenants préoccupés par la mission du CSF à se mettre au travail avec nous et je vous assure également que je souhaite instaurer une ambiance de travail positive et productrice.

C’est conformément aux pouvoirs que lui confère la Loi sur l’éducation (Gv SK 1995) que les membres du conseil d’administration du Conseil scolaire ont décidé de modifier la structure organisationnelle du CÉF et de nommer deux codirecteurs. Cette décision s’inscrit dans la foulée des recommandations de la firme RCGT mandatée pour adapter la structure de fonctionnement du CSF.

Il a donc été décidé que dorénavant le CÉF aura une codirection générale : un codirecteur de l’éducation, M. Bernard Roy qui supervisera l’ensemble des orientations et des actions dans le domaine de l’éducation et un codirecteur de l’administration, M. Ronald Ajavon qui supervisera tous les aspects administratifs et opérationnels.

Le choix de Bernard Roy est motivé par :

a) sa compétence reconnue au cours de sa carrière dans le domaine de l’éducation
b) la qualité de ses réalisations (voir le tableau en annexe)
c) les résultats aux tests lors des entrevues de sélection avec la firme Conroy Ross Optimum Talent
d) la qualité de son entrevue d’embauche qu’il a eue avec les membres du CSF.

Le choix de Ronald Ajavon est motivé par :

a) sa grande connaissance du fonctionnement administratif du CSF-CÉF
b) son ancienneté au CEF
c) ses qualités professionnelles et ses réalisations.

Les deux codirecteurs auront des devoirs de reddition de compte auprès du conseil d’administration du CSF.

Il a également été décidé que le CSF se dotera d’un plan de communication intégré

L’objectif de ce plan est de fédérer toutes les forces vives du milieu afin de réaliser les objectifs du plan de développement stratégique du CSF 2016-2021 qui a fait l’objet de consultations de tous les ayants droit pendant les derniers mois. Nous serons présents dans toutes les communautés et sur tous les forums utiles.

Le premier volet de notre communication débutera dès demain. Nous irons à la rencontre des Conseils d’école et des parents sur l’ensemble du territoire desservi par le CSF-CÉF. Voilà une preuve concrète de la volonté des élus du CSF de jouer pleinement leur rôle et de mieux communiquer avec la communauté scolaire. Pour cette tournée, le président ou la vice-présidente du CSF, ou les deux seront présents.

En terminant, j’aimerais ajouter que je jouerai pleinement mon rôle de rassembleur au bénéfice du système éducatif fransaskois au cours des prochains mois tel que je l’ai déjà entamé.

C’est dans un esprit d’ouverture et de transparence que je me mettrai à l’œuvre, en toute complicité avec la vice-présidente, mes collègues du conseil d’administration de même qu’avec les codirecteurs et les représentants du ministère de l’Éducation, au service des élèves, des parents, des enseignants et des directeurs d’école de notre réseau.

Je vous souhaite d’excellentes vacances d’été et je vous remercie de votre attention et je cède la parole à M. Bernard Roy et par la suite à M. Ronald Ajavon.

- 30 -

L’école de langue première aujourd’hui, francophone bilingue pour la vie! – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) accueille 1 800 élèves de la prématernelle à la 12e année dans 14 écoles élémentaires et secondaires à travers la province. Financé par le ministère de l’Éducation, c’est le seul conseil scolaire en français langue première en Saskatchewan.

Renseignements :

Amy-Valérie Olivier
306.260.3902
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.